forum de l'association AFuJi
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 IAIDO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
erenu
curieux


Nombre de messages : 37
Age : 37
Localisation : au siège, bien sûr !!
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: IAIDO   Dim 13 Jan - 16:48

IAIDO

Introduction
Le Iaido (souvent aussi appelé Iai) regroupe un ensemble de techniques d'escrime au sabre long Japonais (Katana) qui consistent à dégainer et frapper dans le même mouvement.
La première attaque est généralement portée à la hauteur de la tempe ou des yeux de l'adversaire.
Les techniques consistent en attaques, parades et contre attaques comprenant des frappes létales.
La lame est ensuite "essorée" du sang qui la macule et rengainée.
Les origines du Iaido remontent au Moyen-Age japonais à la période des guerres (Sengoku-jidai entre le XIVe et le XVIIe siècle).
La sécurité était précaire et le guerrier (Samurai ou Bushi) portait en permanence le Katana passé dans la ceinture le tranchant tourné vers le haut.

Les Bushi avaient remarqué que lors d'attaques imprévues (au détour d'un carrefour, à l'intérieur d'un bâtiment), c'est la rapidité avec laquelle on dégainait et on enchaînait une contre-attaque qui permettait d'acquérir un avantage fondamental dans le combat.
C'est de cette observation qu'est né le Iaido.

Les Koryu
Même si l'histoire officielle du Iaido tourne autour du Musoshinden-ryu il existe encore de nos jours un très grand nombre de Koryu.
La plupart ne rassemblent que quelques dizaines de pratiquants alors que les plus connus (Musoshinden-ryu, Eishin-ryu, Tamiya-ryu) rassemblent à eux seuls la quasi-totalité des pratiquants et présentent un certain degré d'organisation (stages enseignants, manuels, voire enregistrements vidéos).

La plupart des Koryu comptent des dizaines de Kata regroupés généralement en trois familles de difficulté croissante:
  • le Shoden pour les débutants,
    le Chuden pour les pratiquants confirmés,
    l'Okuden pour les experts.


Il ne faut toutefois pas se méprendre sur la notion de difficulté. En effet les Kata en eux mêmes ne sont généralement pas beaucoup plus compliqués, mais c'est leur réalisation qui est plus exigeante (qualité des enchaînements, du réalisme, etc.).
Autrefois la forme la plus avancée Okuden n'était d'ailleurs enseignée qu'aux meilleurs étudiants.

La pratique du Iaido
Le Iaido se pratique dans une tenue que l'on appelle Keikogi ou vêtement d'entraînement composé d'une veste et d'un pantalon ample appelé Hakama, le plus souvent de couleur noire ou blanche (le choix de la couleur dépends parfois des écoles).
Une ceinture large (Obi) est serrée à la taille sous le Hakama, dans laquelle le pratiquant passe le sabre.

L'étude à lieu dans une salle avec un plancher, appelée Dojo.
Pour les démonstrations (Enbu), la participation à des compétitions (Shiai), ou des rassemblements, les plus hauts gradés (généralement au dessus du 6è dan) revêtent la tenue traditionnelle plus formelle appelée Montsuki-Hakama qui rappelle la tenue des Bushi en ville.

Comme son nom l'indique la veste est décorée des blasons (5 Mon) de famille. D'un point de vue physique le Iaido ne requiert aucune qualité particulière et peut être pratiqué à n'importe quel âge.

Les enfants, les femmes le pratiquent.

L'espace nécessaire reste réduit et le matériel (du moins tant que l'on en reste au sabre factice) peu onéreux.

La pratique permet un bon entretien musculaire et développe la coordination physique. Le Iaido, comme de nombreux arts martiaux Japonais, possède aussi une facette morale et philosophique qui peut être abordée par ceux qui le souhaitent.
Loin de l'image du pratiquant solitaire, la ZNKR a voulu promouvoir le Iaido en inventant des compétitions.

Sous diverses formules (équipe, individuel, formules libres ou Kata imposés) il s'agit de comparer les Kata pratiqués en jugeant de la justesse et de la rigueur des mouvements.

L'étiquette
Plus que dans tous les autres arts martiaux, l'étiquette (Reigi) joue un rôle très important dans le Iaido où elle est particulièrement élaborée, tatillonne et ponctuée d'un grand nombre de marques de respect (au sabre, au Dojo, etc.).

Le sabre avait pour les Bushi un pouvoir redoutable.
C'est une arme extrêmement dangereuse qui peut tuer et à laquelle le Bushi confiait sa vie.

Il n'est donc pas surprenant que son emploi et son maniement soit entourés de marques de respect.

Ces marques de respect sont en partie inhérentes à la culture traditionnelle Japonaise. Elles viennent aussi du sabre lui-même. Son utilisation au combat peut amener au dernier échelon de la sauvagerie.

L'étiquette est un moyen de revenir à l'humanité.

C'est sans doute pour cette raison que les entraînements dans les arts martiaux Japonais et notamment dans le Kendo et le Iaido commencent et se terminent par des saluts.
Enfin le tranchant redoutable du Katana fait qu'il est aisé de se blesser en le manipulant (contrairement aux armes blanches occidentales nettement moins dangereuses pour leur propriétaire). L'étiquette est alors un moyen d'appliquer de façon automatique un certain nombre de consignes de sécurité.

Les grades et les titres

Autrefois les Koryu délivraient aux élèves un certificat de capacité (Menkyo).
Aujourd'hui deux systèmes identiques à ceux du Kendo coexistent.

- D'une part un système de grades divisés en Kyu (du dixième au premier) puis en Dan (du premier ou Sho-dan au 8è) qui sanctionne la connaissance technique des candidats:
Des durées minimum dans un grade sont exigées avant de présenter le grade suivant de sorte qu'il faut plus de 20 ans de pratique pour atteindre le 7è Dan.
Au cours d'un examen typique, les candidats (en général par groupe de 4) présentent 5 Kata (dont 3 du Seitei-Iai sont imposés et décidés le jour de l'examen) devant un Jury composé d'examinateurs dont le nombre et le grade dépendent du grade présenté.

- D'autre part les titres qui sanctionnent les qualités pédagogiques, les connaissances théoriques et la capacité à arbitrer:
Il existe trois titres qui sont dans l'ordre croissant Renshi, Kyoshi et Hanshi. Des examens sont organisés au Japon 2 fois par an.
Le sabre de Iaido
Une très grande partie de l'intérêt du Iai réside dans l'utilisation d'un Sabre (Katana) authentique.

Toutefois il s'agit d'une arme coûteuse (certaines lames anciennes sont davantage considérées comme des oeuvres d'art que comme des armes) et les débutants jusqu'à un stade assez avancé de leur pratique (jusque vers le 5e Dan) peuvent utiliser un sabre factice (Iaito ou Mogi-to).
Ceci leur permet en outre de s'entraîner sans danger ni pour eux ni pour leurs camarades.

http://www.cnkendo-da.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
IAIDO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
association AFuJi :: Association AFuJi :: festival asiatique 16 et 17 fevrier 2008 :: arts martiaux-
Sauter vers: