forum de l'association AFuJi
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [musique] La Ruta De Oriente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wenceslass
Contrôleur mégalomane
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 39
Localisation : Saint-Lô
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: [musique] La Ruta De Oriente   Sam 8 Mar - 14:39

"Le monde est un livre et ceux qui ne voyage pas n'en lisent qu'une page" - Augustin d'Hippone







Bonjour ! Razz

La culture asiatique ne se limite pas à notre époque moderne, il y a aussi un passé riche et intéressant.

Je vous propose d'en découvrir un aspect grâce à un passionant voyage musical né de l'imagination du formidable JORDI SAVALL.


Il s'agit d'un petit coffret, présenté sous la forme d'un livre, contenant deux CD (format SACD DSD) :





Deux heures quarante de musique pour retracer la vie et les formidables voyages de St François Xavier au XVIème siècle, de la vieille europe jusqu'au Japon, en passant par l'Afrique, les Indes...



1/ Jordi Savall : mais qui c'est celui-là ?

Jordi Savall, né le 1er août 1941 à Igualada (Province de Barcelone - Espagne), est un musicien catalan espagnol, violiste et chef de chœur, dont le répertoire s'étend de la musique médiévale à celle du XIXe siècle en passant par la musique de la Renaissance et baroque. Marié à la soprano espagnole Montserrat Figueras en 1968, il est le père d'Arianna et Ferran Savall, tous deux chanteurs et musiciens.

Il dirige plusieurs ensembles de musique historique :
  • Hespèrion XXI
  • Le Concert des Nations
  • La Capella Reial de Catalunya
Il a également créé son propre label d'édition musicale Alia Vox en 1997.

Jordi Savall a enregistré plus de 120 disques depuis 1968, en tant que soliste ou au sein de formations aussi variées que la Schola Cantorum Basiliensis, l'Ensemble Ricercare etc. Il se consacre également à des études sur la musique ancienne espagnole, dont il s'efforce de ressusciter l'art de l'improvisation et l'instrumentation authentique.

(Source : wikipedia)


A titre personnel, j'ajouterai que Savall est LA autorité en terme de musiques anciennes, en plus d'être un excellent interprète. Il se produit chaque année à Lessay et passe régulièrement à Caen. Grâce à cet artiste, j'ai pu découvrir tout un pan de la culture musicale européenne que j'ignorais et qui est pourtant d'une richesse et d'une beauté étonnante.

Jordi Savall est, depuis 2007, ambassadeur de l'union européenne pour le dialogue interculturel.



2/ St François Xavier : quel rapport avec la culture asiatique ?

Oui, on peut facilement se poser cette question : qu'est-ce qu'il vient nous bassiner Wenceslass avec son St Machin bidule sortit d'on ne sait où ?

Dixit Wikipedia :

Il est né dans une famille noble de Navarre. Son père possédait le château de Xavier, sa mère était d'une vieille famille de Basse Navarre. Sa langue maternelle est donc le basque. Son père et ses frères avaient combattu contre les troupes espagnoles lors de l'invasion du royaume de Navarre. C'est pour cela que le jeune François choisit de faire ses études en France. Il fit des études de théologie à la Sorbonne, logeant au collège Sainte-Barbe. Il y rencontra Pierre Favre et Ignace de Loyola, le fondateur de l'ordre des Jésuites. Il participa à la fondation de la Compagnie de Jésus en 1534.

Il entra lui-même dans le nouvel ordre, et fit vœu, en 1534, d'aller travailler à la conversion des "infidèles".

Passionné par les missions, il fut ordonné prêtre en 1537. En 1540, à la demande de Jean III de Portugal, il fut envoyé par Paul III évangéliser les peuples des Indes orientales. Il partit en bateau en avril 1541 et débarqua à Goa le 6 mai 1542. Il y fit, à Goa surtout, plusieurs conversions éclatantes. Il alla ainsi jusqu'à Taiwan.

La tradition (et la bulle de canonisation de 1623) veut qu'il porta ses efforts également aux Philippines, mais aucune trace de ce voyage n'a été retrouvée. En 1545, il partit pour Malacca. De là, il se rendit aux Moluques, où il jeta les bases d'une mission à Ambon, Morotai et Ternate en 1546 et 1547.

A Malacca, François Xavier avait rencontré des Japonais, ce qui lui donna l'idée d'évangéliser également le Japon. Il y débarque en août 1549, à Kagoshima.

Il mourut en 1552 après être tombé malade pendant un voyage en bateau de Malacca jusqu'à l'île de Sancian. Il fut canonisé le 12 mai 1622, en même temps qu' Ignace de Loyola, par Grégoire XV. Le décès de ce dernier empêcha la bulle d'être promulguée avant 1623. Le corps de François Xavier repose dans l'église jésuite de Goa.

Depuis 1614, son bras droit se trouve dans un reliquaire dans l'église du Gesù, à Rome, église-mère de la Compagnie de Jésus.

Il est aussi le saint patron de la Mongolie.



3/ La Ruta De Oriente : sur les pas de St François Xavier





S’il est vrai que l’extraordinaire épopée de François Xavier nous intéressait depuis de nombreuses années, l’idée de départ pour la réalisation de ce programme a commencé à prendre forme au printemps 1996, suite à l’invitation du Festival de St. Florent le Vieil, pour réaliser un concert avec des musiques espagnoles et japonaises au temps de l’arrivée de François Xavier au Japon. Le programme s’intitulait : « 1549 RITUELS & PROPHÉTIES : Le Japon & L’Espagne au temps de Saint-François Xavier ». Il fut donné le 10 juillet 1996 en l’Abbaye de St. Florent, avec la participation de Montserrat Figueras, des chanteurs solistes de La Capella Reial de Catalunya et des membres d’HESPÈRION XX, ainsi qu’avec la collaboration des musiciens japonais Yumiko Kaneko, Ichiro Seki et Masako Hirao. Ce même programme fut, quelques mois plus tard, présenté à Tochigi, Kyoto, Yamaguchi et Tokyo. Dix Ans plus tard, en 2006, la plupart de ces chanteurs et musiciens espagnols et japonais se retrouvent de nouveau pour célébrer le quatre-centième anniversaire de la naissance de François Xavier et nous en profitons pour réaliser quelques concerts et préparer l’enregistrement de ce nouveau et fascinant Livre/CD.


Les célébrations des anniversaires de l’arrivée de François Xavier au Japon et de sa mort ont bien été les premières motivations pour le commencement de ce Projet. Mais l’idée fondamentale qui a inspiré le déroulement et le contenu de ce Programme est née d’abord de l’émerveillement et de l’admiration devant l’incroyable épopée et surtout devant la dimension spirituelle et humaine de François Xavier. Voici l’étonnant parcours d’un homme qui vit très intensément ses croyances et qui pratique rigoureusement toutes les règles fondamentales de sa nouvelle Compagnie de Jésus : règles de pauvreté, de charité, de renoncement et de sacrifice en faveur des castes les plus humbles et de tous les déshérités. Un véritable apôtre de sa foi, qui en moins de douze ans, et malgré les faibles moyens de son temps parcourt près de 100.000 kilomètres, porté par la seule force de ses croyances, et en affrontant courageusement les situations les plus dangereuses, pose les ciments de nouvelles communautés chrétiennes, en défiant le pouvoir et la fierté des bonzes japonais.


François Xavier, accompagné de missionnaires portugais, débarquait à Kagoshima en 1549. Tout au long de la route qui menait à l’île d’Hirado, où s’était installée une communauté d’occidentaux, il avait l’habitude de marcher sur les chemins tout en chantant des psaumes religieux, et il fascinait ainsi la population locale qui, venue de loin en grand nombre, espérait voir passer devant eux ces hauts dignitaires des Jésuites. Mais il faudra attendre vers 1605, pour la première publication du Manuale ad Sacramenta, avec dix-neuf de ces chants religieux, (parmi lesquels se trouve le « Gloriosa Domina »), par un éditeur japonais de Nagasaki. Cette date marque le début de la diffusion de la musique occidentale au Japon. Cette diffusion fut éphémère car en 1613 le christianisme fut proscrit au Japon et, seulement grâce à la pratique maintenue dans certaines communautés de chrétiens cachés des îles proches de Nagasaki, le Manuale ad Sacramenta sera transmis jusqu’à nos jours sous le nom de Prière.


Les quarante-sept années de la vie de François Xavier se déroulent aussi dans un moment historique crucial pour la civilisation occidentale et spécialement pour la religion chrétienne. Un demi-siècle marqué par des événements bouleversants et décisifs : la consolidation de la Renaissance, l’essor de l’Humanisme, le Schisme de la Réforme, et la réaction de la Contre-Réforme, à laquelle répond la création de la Compagnie de Jésus. Une période qui voit aussi la naissance d’oeuvres littéraires et philosophiques très originales et profondément critiques envers le fonctionnement et les responsables des institutions politiques et religieuses de l’époque. Ce sont des ouvrages tels que L’éloge de la folie d’Erasme, dédié à son ami Thomas More, qui à son tour publie Utopia, texte extraordinaire sur la conception d’un monde idéal, sans oublier les 95 Thèses de Martin Luther, ni Il Principe de Machiavel. En même temps, durant son voyage vers l’Orient, François Xavier est confronté à toutes les principales croyances du monde oriental : Islam, Bouddhisme, Hindouisme, Confucianisme et Christianisme Nestorien. C’est pourquoi nous tenons à laisser un témoignage de la plupart de tous ces textes et croyances qui marquent ce demi-siècle extraordinaire, avec une sélection et une présentation des textes les plus importants, réalisées par le chercheur et poète Manuel Forcano.


Comme le dit Elias Canetti, « la musique est la véritable histoire vivante de l’humanité, on y adhère sans résistance car son langage relève du sentiment, et sans elle, nous ne détiendrions que des parcelles mortes » (« Territoires de l’homme », Die Provinz des Menschen, Aufzeichnungen 1942-1972, Carl Hanser Verlag, München-Wien 1973). Tous ces textes, toutes ces histoires fascinantes manqueraient de véritable vie sans les musiques correspondantes. Rappeler en seulement 160 minutes de musique (du fait de l’espace disponible des deux CDs), les étapes essentielles de la vie de François Xavier et, en même temps, nous approcher des moments transcendants de notre histoire moderne, sont des objectifs que nous ne pouvons atteindre qu’à travers les musiques les plus significatives, parmi celles que nous pensons ou imaginons, que les protagonistes de ces époques ont pu entendre et aimer. Ce ne sont pas des musiques descriptives, ce sont les musiques de cour faites en Navarre, en Espagne, à Paris, en Italie, des musiques Religieuses ou Profanes qui nous parlent des évenements historiques (Navarre, Pavie, Wittenberg). Par ailleurs, elles nous montrent l’esprit et l’ambiance de la cour (Henry VIII), de la ville (Venise, Paris, Rome, Goa) ou des Pays (les tambours et l’oud d’Afrique, le sarod et les tablas de l’Inde, les flûtes, la Biwa et le chant du Japon). La grande richesse des Chansonniers du Siècle d’Or et du Portugal, contemporains de François Xavier, nous a permis de retrouver des oeuvres religieuses, de Joanes Ponce, Juan del Encina, Cristobal de Morales et d’auteurs anonymes, en Espagnol, Latin et Portugais qui illustrent et correspondent merveilleusement au mysticisme et à la spiritualité intense de François Xavier.


« Le Monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page », disait Augustin d’Hippone. François Xavier fut un grand apôtre, mais il fut aussi un lecteur du Monde. Connaître était son désir et pour le réaliser, il entreprit, décidé et sans crainte, la route de l’Orient, les chemins vers le Levant : Ex Oriente Lux, la lumière vient de l’Orient. Sa route fut celle d’un long périple qui devait le mener jusqu’en Afrique, puis du continent noir jusqu’en Inde et du sous-continent indien jusqu’à l’Extrême-Orient, au Japon mystérieux d’abord, puis ensuite jusqu’à la Chine inaccessible. L’énergie qu’il déploya avant, puis la force et la décision qui lui permirent d’avancer sans défaillance vers ses objectifs, furent ses principes, sa foi, son désir d’apprendre et d’enseigner. Rien ne le décourageait: « Si je ne trouve pas de barque, dit-il en une occasion, j’irai à la nage ». Partout où il passait François Xavier apprenait la langue des natifs afin de pouvoir communiquer, pour rire avec eux, chanter avec eux, pour être eux.


Les territoires d’Orient qui l’ont accueilli furent d’abord les colonies portugaises des côtes d’Afrique orientale, de l’Inde, de Ceylan et des Iles d’Indonésie. Il y découvrit les abus de la colonisation, l’injustice du maître qui exploite et humilie ses esclaves, tous les malheurs que subissent les déshérités. Et il n’hésita pas à les dénoncer et à y porter remède, tout en se confrontant, si nécessaire, aux autorités elles-mêmes, afin que la dignité et les droits des natifs fussent respectés : « Les Indiens ont les mêmes sentiments que nous ». Infatigable et ferme dans ses déterminations, aucune limite ni aucune difficulté ne le détenait. Mu par son désir de porter la parole de Jésus aux pays les plus fermés d’Orient, il parvint jusqu’au Japon et essaya de franchir furtivement les portes de la Chine, pays totalement interdit aux étrangers. Apporter la consolation d’une croyance qui permettait le salut de l’âme fut le but de ses voyages ; sa présence et ses paroles en ces lieux et ces civilisations lointaines, surent convaincre des milliers d’hommes et de femmes de toute condition. Il osait rappeler à des rois les paroles de Jésus, si souvent citées par Ignace de Loyola qu’il fit profondément siennes : « De quoi sert-il à l’homme de posséder le monde, s’il perd son âme ? » Encore aujourd’hui on se souvient de lui là-bas et on le vénère comme le « conquérant des âmes ». Ils en firent un Saint.


Avec ce Livre-CD qui présente son épopée –depuis la vieille Europe jusqu’au pays du soleil levant–, des extraits de ses lettres, les textes les plus représentatifs de son temps, et quelques-unes des pages musicales de son époque et des cultures musicales (encore vivantes aujourd’hui), qu’il trouva sur sa route de l’Orient, nous voulons lui rendre notre hommage le plus sincère.


Si le monde est un livre, François Xavier l’a lu d’un bout à l’autre.

JORDI SAVALL
Genève, Automne 2007




Quelques images des musiciens et interprètes :













Dernière édition par Wenceslass le Lun 10 Mar - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wenceslass
Contrôleur mégalomane
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 39
Localisation : Saint-Lô
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: [musique] La Ruta De Oriente   Sam 8 Mar - 14:40

(suite et fin, la limite de taille des messages, c'est le mal absolu)

3/ Mon point de vue...

Je suis un grand passionné des œuvres de Savall. Quand j'ai vu paraitre ce programme musical, je me suis pour ainsi dire jeté dessus. Il faut d'entrée de jeu reconnaitre une chose : cette œuvre est pointue, à ne pas mettre entre toute les mains. Ce n'est pas quelques chose que l'on écoute en deux minutes comme ça sur un MP3 dans le métro ou dans sa voiture. Il faut prendre son temps, être en condition et se laisser emporter par la musique pendant plus de 2h30...

Là, on découvre quelque chose, on vit une expérience qui nous emmène -doucement- ailleurs... d'autres temps, d'autres lieux, d'autres cultures.

La première partie, centrée sur l'Europe est typique des musiques en vogues à ces époques : Villancicos et Cancion divers, bien évidemment entrecoupés de passages polyphoniques plus spirituels, marquant l'avancée de François Xavier dans sa foi.

Vers la fin du premier CD, on arrive en Italie, au Portugal, puis vient le départ vers l'Afrique et l'arrivée aux Inde... là premier choc culturel. On change complètement de registre musical. C'est beau.

Driss El Maloumi a apporté sa contribution à cette œuvre et nous offre un magnifique passage au Oud, suivit d'un superbe Villancico marquant l'arrivée de Xavier à Goa, avec l'interprétation sublime de Montserrat Figueras.

Le deuxième CD débute avec l'arrivée au Japon. Là, on aborde la musique traditionnelle japonaise du moyen-âge, à laquelle va se mêler les chants religieux traditionnels occidentaux (type chants grégoriens) au fur et à mesure que François Xavier poursuit sa mission de conversion (menée de manière pacifique pour une fois...). François Xavier était passionné et fasciné par la culture japonaise, et cette fascination fut réciproque. Les musiques proposées sont très pointues, interprétées par des musiciens et chanteurs japonais, sur des instruments traditionnels. Là, on découvre ce qu'était, il y a 5 siècles, la musique dans ce fascinant pays...

La deuxième partie du second CD nous porte vers les "portes fermées" de la chine, où mourra François Xavier, sans parvenir à pénétrer dans ce pays mystérieux...

La fin du second CD et du programme nous fait découvrir en partie l'héritage de François Xavier dans ces pays, avec notamment une perle rarissime : un Ave Maria en chinois, de toute beauté.


J'adore cette œuvre, mais je le répète, ce n'est pas quelque chose de facilement abordable. Il faut je penses avoir déjà un goût et une pratique de la musique en générale et historique en particulier, un certain attrait pour l'histoire, et l'envie de découvrir autre chose.

Si vous êtes intéressé, je pourrais peut-être vous faire parvenir un extrait ou deux, ou nous pouvons simplement en parler.


Voila, merci de m'avoir lu !


Wenceslass
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalae
gourou sans adepte
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 37
Localisation : In the paradise
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: [musique] La Ruta De Oriente   Lun 10 Mar - 22:01

Voila un post qui fait plaisir. On sent le passionné bom

Merci pour l’investissement de temps !

Personnellement je ne pensai pas que les européens avaient mi les pieds aussi tôt au Japon, ni qu’ils pouvaient s’y « promener » avec une telle liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [musique] La Ruta De Oriente   

Revenir en haut Aller en bas
 
[musique] La Ruta De Oriente
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'une musique d'échauffement pour le moderne jazz
» Format d'une musique
» Problème d'ouverture de musique avec audacity
» [Musique - JAZZ] Ray Charles, the Genius
» Musique - Qu'est-ce tu écoutes en ce moment ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
association AFuJi :: Espace détente :: Culture-
Sauter vers: